Collections

XIXe siècle

Premier étage – petites et grandes galeries

Comme le musée des Beaux-Arts possédait déjà une importante collection d’art ancien, grâce à l’achat de la collection Cacault et des dépôts de l’Etat, la Ville décida à partir de 1838 de privilégier l’achat d’œuvres contemporaines. Cette politique d’acquisition, originale, privilégierait dorénavant l’art du moment, ancrant – jusqu’à aujourd’hui encore – le musée de Nantes dans la création contemporaine.

Ainsi la municipalité fit l’acquisition, dès les années 1840, d’artistes issus du Salon parisien : Delacroix, Rousseau, Corot et Gérôme. Plusieurs dons firent entrer dans la collection des artistes français représentatifs des années 1830-1850 tels que Flandrin, Delaroche, Steuben et Hesse (legs Clarke de Feltre en 1852), ou encore Brascassat, Gros, Vernet et Scheffer (donation de l’amateur nantais Urvoy de Saint-Bedan en 1854). En 1886, lors d’une grande exposition à laquelle participaient des artistes novateurs (tels Renoir, Gauguin ou Signac), le musée préféra l’achat de plusieurs tableaux reflétant le goût du public de l'époque pour l’art académique (Boggs, Luminais, Moreau de Tours, Roll). Néanmoins  la collection illustre la diversité des mouvements et genres de la création au XIXe : la peinture d’histoire (Le Combat de Nazareth de Gros) côtoie les portraits (Portrait de Mme de Senonnes d’Ingres), les œuvres orientalistes (L’Esclave Blanche de Lecomte du Noüy), réalistes (Les Cribleuses de blé de Courbet) ou bien encore préraphaélites (Portrait de Lady Frances Balfour de Burne-Jones).
Le musée s’attacha aussi, grâce à des achats, dépôts et dons, à offrir un panorama des plus grands artistes nantais de renommée nationale : des paysagistes (Leroux, Maufra) ainsi que des peintres d’histoire et portraitistes comme Delaunay, Merson, Picou,  Tissot (Suite de l'enfant prodigue : Le Veau gras, dépôt du Musée du Luxembourg en 1914) ou encore Maxence (L'Ame de la forêt, dépôt du Fonds national d'art contemporain) pour citer les plus célèbres.

Eugène Delacroix.<br/>     Le Kaïd, chef marocain, 1837 Eugène Delacroix.
Le Kaïd, chef marocain, 1837
1 2 3 4 >