Exhibitions

Philippe Gronon

Retournements

10 septembre - 18 octobre 2010

Dans la salle Blanche et dans les salles du musée, Philippe Gronon montre la face cachée des peintures : le verso des tableaux. Sur le châssis photographié apparaît  un autre pan de l'histoire  de l'oeuvre : restaurations salissures, étiquettes, signatures, insriptions du propriétaire... Philippe Gronon interroge, à travers ses photographies le statut d'objet de l'oeuvre d'art et invite à  y porter un autre regard.

La catalogue de l'exposition est édité par le Mamco et les Presses du Réel, avec des textes d'Eric de Chassey et Catherine Perret. (Ed bilingue français-anglais)

Philipe Gronon expose (14sept-3 octobre) à la Villa Médicis (Rome)  dans le cadre du Festival FotoGrafia.

 Philippe Gronon réalise depuis 1987 des photographies, selon un point de vue frontal et à l’échelle un, d’objets-supports de communication (tableaux d’ascenseur), surfaces d’inscription (tableaux noirs), ou encore des surfaces réceptacles (coffre-fort). Ces éléments, saisis hors de leur contexte d’utilisation, sont des surfaces apparemment neutres, mais qui comportent pourtant des traces d’usages ou d’usures et recèlent une histoire qui leur est propre.
 Depuis 2005, Philippe Gronon, a entrepris une nouvelle série de photographies en couleur, toujours à l’échelle un, représentant des dos de tableaux issus de collections privées et publiques (Centre Pompidou, Louvre, Musée d’art moderne de Saint-Etienne, etc.). Il réalise tout d’abord une prise de vue argentique à la chambre, puis numérise l’image afin de détourer l’objet. Enfin, il procède à une impression pigmentaire en couleur, contrecollée sur aluminium. « Le résultat de cette opération photographique qui extrait la chose en la détourant pose alors la question de son statut, ni tout à fait image, ni réellement objet » Philippe Gronon. Sur le châssis photographié, apparaît la face cachée de l’œuvre, un autre pan de son histoire : restaurations, salissures, poussières, signatures, étiquettes d’expositions et de transporteurs, inscriptions du propriétaire, etc. Philippe Gronon interroge, à travers ces photographies, le statut d’objet de l’œuvre d’art, qui, vue de dos,  n’échappe pas à sa temporalité et sur laquelle il nous invite à porter un autre regard.
Cette démarche originale, Philippe Gronon l’a poursuivie dans les collections du musée des Beaux-Arts de Nantes où il a photographié plusieurs dos de tableaux. Cette exposition présentera une sélection de ces Versos, d’une part dans la salle Blanche et d’autre part au sein du parcours de la collection.
 

Philippe Gronon. Verso n°43, « Le Nu jaune », Sonia Delaunay, 2010 Philippe Gronon. Verso n°43, « Le Nu jaune », Sonia Delaunay, 2010